Divorce : qui aura la garde des enfants ?

Lorsqu’un couple divorce, la garde des enfants est l’un des points sur lesquels il faut trancher. Il appartient au juge de décider chez lequel des deux parents l’enfant vivra. Mais, il va d’abord étudier plusieurs critères avant de prononcer la sentence.

Quels sont les points à considérer ?

Le juge détermine la garde selon l’âge de l’enfant, les besoins de l’enfant, l’état psychologique de l’enfant, la relation qu’entretient chaque parent avec l’enfant et l’avis de l’enfant.
Le juge évalue également la disponibilité de chaque parent, les dispositions de chaque parent à laisser l’enfant rester en contact avec l’autre et l’aptitude de chaque parent à assurer la garde sur le plan physique, mental, matériel et financier. L’opinion de l’enfant est très importante puisqu’il s’agit avant tout de sa vie. Malgré tout, le juge reste impartial dans sa décision qui est basée uniquement sur l’intérêt de l’enfant. En effet, il se peut que l’enfant soit influencé par un parent ou son entourage dans son opinion.
L’âge de l’enfant est un critère déterminant dans la décision du juge. Ce dernier accorde souvent la garde exclusive des enfants de moins de 3 ans à la mère sauf incapacité physique et/ou mentale de celle-ci. À partir de 12 ans, l’enfant peut non seulement décider d’une garde alternée, mais également de la durée du séjour chez chaque parent.

Quels sont les engagements des parents ?

Après un divorce, chaque parent doit s’engager à laisser l’enfant entretenir une relation intacte avec l’autre. Ils doivent tous les deux s’engager à ne pas influencer l’enfant sur le choix de sa résidence principale. Si un parent tente de manipuler l’enfant pour écarter l’autre dans la garde, le parent victime peut saisir la justice pour faire valoir ses droits. Pour ce faire, il doit faire appel au service d’un avocat. Si vous êtes à Paris, vous pouvez par exemple contacter Elad Chakrina, avocat au Barreau de Paris. Pour que les droits du parent lésé soient considérés, son avocat peut envoyer une lettre de mise en demeure au parent coupable afin qu’il change d’attitude. Le cas échéant, on peut saisir le juge pour corriger la situation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *