Vous êtes ici : Découvrir Planète Enfants

Contre la prostitution

AddThis Social Bookmark Button

prostitution2On l’oublie trop souvent, sans doute pour pouvoir la voir sans en être choquée, mais la prostitution n’est pas une profession libérale. Elle est une atteinte à la dignité des personnes prostituées et fait partie de ces violences silencieuses faites, pour l’essentiel, aux femmes. La demande de prostitution alimente le marché de la traite (80% des victimes de la traite le sont à des fins d’exploitation sexuelle).

Planète Enfants milite non seulement pour l’abolition de toute forme de réglementation de la prostitution mais également pour l’abolition de la prostitution elle-même. Cette position, dite « néo-abolitionniste » n’a pas pour objectif de condamner les personnes prostituées ; elle vise à poursuivre les exploiteurs, c’est-à-dire les proxénètes, et à dissuader les clients. Elle s’accompagne de la protection et de l’aide à la réinsertion des personnes prostituées.

>> Découvrir Planète Enfants

« La prostitution et le mal qui l’accompagne, à savoir la traite des êtres humains en vue de la prostitution » sont incompatibles avec la dignité et la valeur de la personne humaine" (Convention des Nations Unies du 2 décembre 1949 contre l'exploitation d'autrui). 
En effet, bien que les personnes prostituées ne soient pas toutes issues des réseaux de traite, une grande majorité d’entre elles en sont les victimes. En France, l’OCRTEH (Office Central pour la Répression de la Traite des Êtres Humains) estime que 83% des prostitués ont été, à l’origine, victimes de la traite des êtres humains.

En d’autres termes, si la croissance du fléau que représente la traite est liée à l’offre dans les pays d’origine – extrême pauvreté, manque d’éducation, flux migratoires importants, inégalités hommes/femmes, etc. – elle a également pour origine la demande dans les pays de destination. 
Et les idées permissives à l’égard de la prostitution, la tolérance et la banalisation de ce phénomène entretiennent une demande de la part des clients. 
Mais la prostitution n’est ni un « mal nécessaire », ni une « fatalité », ni « un métier ». 
Nous renonçons à toute assimilation de la prostitution à un métier, et considérons les personnes prostituées comme des victimes qu’il faut aider à se réinsérer.

Il a été souligné lors de la conférence mondiale sur les Droits de l’Homme, à Vienne, en 1993, combien il est important « de s’employer à éliminer la violence dont les femmes sont victimes dans la vie publique et privée, ainsi que toutes les formes d’exploitation, de harcèlement et de traite ». 
L'élimination de la traite des femmes et l’aide aux femmes victimes de violences liées à la prostitution et à la traite ont été un des objectifs prioritaires que la communauté internationale s’est donnée lors de la Conférence sur les femmes de Pékin en 1995.
Malgré ces prises de positions quasi-universelles, les politiques publiques, notamment en France, ne suffisent pas à lutter efficacement contre cette exploitation du plus faible par le plus fort. En France, notamment, la loi de 2003 (dite du « racolage passif ») réprime les victimes (les prostitués) plutôt que les agresseurs (les proxénètes et les clients).

Une législation néo-abolitionniste n’est pas une utopie ; elle a été mise en place dans plusieurs pays dont la Suède et, plus récemment la Norvège. En France, un projet de loi est à l'étude grâce au travail de la coalition "Abolition 2012".

>> en savoir plus

APERCU DES DOCTRINES REGISSANT LE PHENOMENE DE LA PROSTITUTION
(source : FIDH)

LA CRIMINALISATION (OU PROHIBITIONNISME)
La prostitution est considérée comme un mal social qui doit faire l’objet de mesures pénales. L’approche prohibitionniste tend à abolir la prostitution en criminalisant tous les actes et les acteurs, y compris la personne qui se prostitue.

LA DÉCRIMINALISATION
Elle repose sur l’idée que la prostitution est une affaire de choix personnel entre adultes consentants.
Ainsi les relations entre prostitué(e)s et proxénètes, tenanciers de maisons de prostitution et clients sont considérées comme sortant du cadre du droit pénal. La décriminalisation ne vise qu’à punir les actes non consensuels.

LE RÉGLEMENTARISME
Le modèle réglementariste est né en France pendant la période napoléonienne et se fondait essentiellement sur des préoccupations d’ordre sanitaire. Il autorise la prostitution et réglemente son exercice au moyen de zonage ou d’autorisations et, dans certains cas, par l’imposition de contrôles sanitaires obligatoires. Dans l’ensemble des pays réglementaristes, l’exploitation de la prostitution d’autrui n’est pas pénalisable. Seuls sont répréhensibles les faits liés à la prostitution des mineurs ou des personnes majeures non consentantes. Une partie du courant réglementariste revendique le caractère de travailleur sexuel des prostitué(e)s et prône une application des droits découlant du droit du travail et du droit commercial, pour que les prostitué(e)s puissent s’autogérer tant dans leur vie privée que dans leur activité.

L’ABOLITIONNISME
Né à la fin du XIXe siècle comme un mouvement d’opposition au modèle réglementariste, il s’inspire des idéaux féministes et de la croisade pour l’abolition de l’esclavage des êtres humains. Il considère la prostitution comme une exploitation, une violence per se, et les prostitué(e)s comme des victimes. Il préconise l’abolition de la réglementation et l’éradication de la prostitution. Les abolitionnistes s’emploient à sortir les femmes de la prostitution et à trouver des solutions alternatives dans le monde du travail.

Se prostituer n’est pas criminalisé, mais simplement toléré. La prostitution se situe en général dans une zone de vide juridique, et donc de marginalisation. L’exploitation de la prostitution d’autrui ainsi que tout acte favorisant la prostitution d’une personne même consentante sont quant à eux condamnés. Le client peut également être pénalisé.

Nos combats :

Contre l’exploitation des migrants

Contre la traite des enfants

Contre les violences envers les femmes

Vous devez vous enregistrer pour pouvoir laisser un commentaire. Rejoignez la communauté !