Vous êtes ici : Découvrir Planète Enfants

Le Népal

AddThis Social Bookmark Button

L’histoire de Planète Enfants est étroitement liée à l’Inde et au Népal ; née à la suite d’un voyage de son fondateur à Katmandou, Planète Enfants y travaille depuis 20 ans. Le Népal, ou se côtoient une nature grandiose, des merveilles culturelles et une population particulièrement attachante est aussi l’un des pays les plus pauvres du monde et l’un de ceux qui sont le plus touchés par les violences en général et envers les enfants en particulier.

Ayant pour but au départ le soutien solidaire à des populations extrêmement défavorisées (enfants des rues, villages isolées, victimes de guerre…), Planète Enfants a mené des projets d’assistance ponctuelle dans différents pays pendant les premières années même si l’essentiel des fonds restait consacré au Népal.  

Elle s’est, au fil du temps, spécialisée dans la lutte contre la traite des enfants. Elle a acquis une expertise du phénomène au Népal et un savoir faire en matière de protection, de prévention et de réinsertion des victimes. Cette évolution a coïncidé avec le soutien financier de bailleurs publics et privés - et notamment l’Union Européenne – qui a complété les ressources acquises auprès des personnes privées.

- Superficie: 147 181 Km2
- Population: 27,5 millions (estimation 2012)
- Capitale: Katmandou
- Espérance de vie: 62,2 ans (estimation 2006)
- Taux d’alphabétisation: 51,4% (estimation 2006)
- Religions: hindouisme (81%), bouddhisme (10%), islam (4%), autres (4%)
- Indice de développement humain: 138ème sur 169 (2010)
- 15 000 filles par an trafiquées vers l’Inde en vue exploitation sexuelle, 40% ont moins de 16 ans
- 2,6 millions d’enfants entre 5 et 16 ans travaillent
- 95% des femmes auraient subies des violences (selon une étude réalisée en 2001)

La situation du Népal est encore aujourd’hui extrêmement préoccupante

Alors que la guerre civile qui paralysait le pays depuis 10 ans s’est conclue en 2006 sur un accord de paix, et la proclamation de la République,  l’équilibre reste très fragile et les tensions fortes.  L’administration en place largement corrompue, et la remise en cause très régulière du premier ministre empêchent l’activité des ministères et le lancement de plans d’actions nationaux et de réformes structurelles.

L’absence de politique sociale et de développement impacte directement la vie quotidienne des népalais dont la misère s’accroit : à cause notamment des changements climatiques, l’insécurité alimentaire sévère toucherait plus de 3 millions de népalais, la pénurie d’énergie prive le pays quotidiennement d’électricité, la dette publique parait impossible à effacer et l’inflation est à 2 chiffres…

Au final, le Népal est l’un des pays les plus pauvres du monde – 25.4%1 des népalais vivent en dessous du seuil de pauvreté.  L’exode vers les villes s’accélère (même si 75% de la population est encore rurale) et le chômage en ville est massif. Le système patriarcal, et la discrimination de genre y sont à leur paroxysme en raison de nombreux facteurs culturels et religieux et du système de castes sur lequel repose la société.

1 National Planning commission (NPC) Poverty Measurement Exercice and Number of Poor in Nepal. Katmandu, 2010

Vous devez vous enregistrer pour pouvoir laisser un commentaire. Rejoignez la communauté !